recyclage des déchets à Lyon

Une bonne performance en région AURA dans le recyclage et la valorisation des déchets

La région Auvergne–Rhône-Alpes, la Préfecture de région ainsi que les principaux acteurs du BTP viennent de dévoiler récemment les résultats concernant le traitement des déchets. La région a enregistré un succès grâce à un taux de performance de 88 % si la prévision initiale était de 70 % pour ce qui est de la valorisation des déchets. Le territoire projette de développer un peu plus le maillage territorial dans le secteur de la déchetterie et des carrières. L’objectif est d’appuyer l’économie circulaire. 

AURA : un bel exemple dans le secteur du BTP

La présentation des chiffres concernant le recyclage et la valorisation des déchets dans la région Auvergne–Rhône-Alpes ont été présentées à Mions, à la carrière CMCA. Celle-ci est la plus importante de Lyon avec une capacité de traitement de 250 000 tonnes chaque année. Le taux de revalorisation a atteint 88 %, ce qui fait de la région un bel exemple. Les déchets issus du BTP constituent les ¾ de ceux de toute la France. Ainsi, l’État s’est fixé un objectif très ambitieux en passant d’une économie linéaire à une économie circulaire. Cette performance exceptionnelle est le résultat d’un partenariat étroit entre les fédérations régionales comme la FFB, le CERC, la FRTP et l’UNICEM. 

Le président délégué de la FRTP Auvergne–Rhône-Alpes, Philippe Puthod, souligne que «  la filière s’organise depuis longtemps sur la valorisation et le recyclage… L’entrepreneur des travaux publics a dans les gènes ce besoin de recycler et d’optimiser. Plus de 30 % des terres et matériaux non pollués sont déjà réutilisés sur site, sans même quitter le chantier ».

Le maillage : une stratégie incontournable 

Afin de freiner les dépôts sauvages, la région mise sur l’amélioration du maillage. Cependant, des progrès doivent encore être faits. La région n’a pas atteint la moyenne nationale fixée de 80 % en ce qui concerne le recyclage et la valorisation des déchets inertes. L’AURA est à seulement 62 %. Les besoins en granulats n’ont pas été couverts avec 24 % dans la région pourtant la moyenne nationale est de 28 %. 

Des efforts sont déployés pour améliorer la situation selon le président de la FFB Auvergne–Rhône-Alpes, Gilles Courteix : « On travaille dans l’accompagnement des entreprises grâce à une application qui géolocalise les lieux où elles peuvent déposer leurs déchets ». Il continue en précisant « Nous organisons aussi des réunions BtoB avec des structures de traitement des déchets pour nouer des relations et des partenariats » La majorité des entrepreneurs ont montré un grand intérêt à une telle collaboration. Même si l’État a avancé la solution de la vidéosurveillance, les entrepreneurs penchent plutôt pour un maillage territorial plus performant. 

Le recyclage et la valorisation des déchets sont encore un modèle économique sensible. Le souci des dépôts sauvages n’est pas lié à une question de prix, car le Secrétaire général de l’UNICEM Auvergne–Rhône-Alpes, Dominique Delorme, souligne qu’ « à la tonne, en coûts d’évacuation et en coûts d’entrée, ça va de 0 à 10 € soit à peine 1 centime le kilo ». Le maillage demeure la solution privilégiée.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *