lyon-pollution-diesel

Lyon à l’assaut du diesel dans la ZFE : plus de la moitié des véhicules des particuliers appelés à disparaître d’ici 2026



Le conseil métropolitain pour la lutte contre la pollution a rendu publiques de nouvelles décisions concernant la zone à faibles émissions. Il s’agit de l’extension de ladite zone, et de mesures restrictives pour les ménages utilisant des véhicules à moteur diesel.

Le diesel totalement banni de Lyon à l’horizon 2026

Eh oui, les souhaits des écologistes deviennent progressivement réalité. Arrivés au pouvoir en juin 2020, les écologistes ont œuvré pour l’élargissement de la zone à faibles missions (ZFE). La ZFE, créée par la Métropole de Lyon, relève des ambitions d’améliorer la qualité de l’air dans ce périmètre, tout en réduisant les émissions polluantes.

Dès le 1er janvier 2020, les gros véhicules professionnels disposant des vignettes Crit’Air 4, 5 ou non classés sont soumis à la restriction d’accès à cette zone aujourd’hui composée de Lyon, Caluire-et-Cuire, et des secteurs de Villeurbanne, Bron et Vénissieux qui se trouvent à l’intérieur du boulevard Périphérique Laurent Bonnevay.

Ensuite, depuis le 1er janvier de cette année, les véhicules professionnels avec des vignettes Crit’Air 3 ne roulent plus dans le périmètre. Mais, tout ceci ne comble pas toutes les ambitions de Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon qui veut aller plus loin.

Lors du dernier comité de pilotage de la ZFE, tenu le mardi dernier, Bruno Bernard a réaffirmé son but de sortir du diesel d’ici 2026. D’ailleurs, en conseil ce lundi, l’exécutif de la métropole a présenté une délibération qui consacre une extension de la ZFE et l’inclusion, dès 2022, des véhicules des particuliers dans les restrictions en vigueur.

Dans cette délibération rendue publique ce vendredi par Bruno Bernard, il est notamment question de renforcer la ZFE et d’exclure de cette zone de tous les véhicules Crit’Air 5 dès 2022 ; y compris donc ceux des particuliers. Il prévoit aussi d’excommunier, dès 2023 et jusqu’à 2026, les vieilles voitures à essence et les diesels classés Crit’Air 2, 3, 4 et 5.Selon les propos tenus par le président des écologistes le vendredi dernier, à ces objectifs menaçant les véhicules Crit’Air 2 et plus, il manque des points clés comme les mesures d’accompagnement, le périmètre, les critères d’application, les dérogations, etc. Il est prévu que les solutions à ces points soient trouvées durant l’année au travers de débat entre élus et citoyens.

A propos de l'auteur

Passionné d'histoire, la ville de Lyon me fascine à la fois pour son patrimoine exceptionnel mais aussi par son atmosphère si unique qui règne dans ses différents quartiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *